« Rue des voleurs » par la compagnie des Petites Utopies

La compagnie des Petites Utopies se revendique fièrement comme une troupe itinérante.  Déplaçant leur camion théatre et chapiteau au plus prés des gens, ils proposent des spectacles originaux au croisement du théatre, de la musique, de la marionnette et du cirque.  Mais ils ont également un petit point de chute discret au croisement de la rue Très Cloîtres et de la rue des Beaux Tailleurs.

En attendant de voir peut etre un jour une création au coeur de notre quartier, il est possible de découvrir pendant une semaine leur nouvelle création tirée du roman de Mathias Enard « Rue des voleurs ». Cela se passera dans la cour du collège Aimé Cesaire dans le quartier des Eaux Claires, venant ponctuer une expérience pédagogique et créative hors norme.

Présentation par Bruno Thircuir, le metteur en scène : Ce roman est selon nous un coup dans notre perception du monde. Nous le savons, de part et d’autre de la Méditerranée, la liberté n’est pas la même pour tous. Pourtant, les jeunesses du printemps arabe et les indignées d’Europe se sentent dans la même impasse.
Dans ce roman construit comme un immense flash-back, nous suivons Lakhdar, un jeune marocain que la soif de vivre entraine dans un voyage sans retour. Il raconte son chemin de vie fait de petits boulots improbables, de sensuelles rencontres, d’amitiés trompées et de morbide paranoïa.
Son désir pour sa cousine Meryem, assouvit hors mariage, devient le début de son exil. Son amour pour une jeune étudiante espagnole sera sa force pour accepter tous les jobs possibles. La foi de son ami Bassam sera un mince espoir qui tournera à la folle terreur. Mais dans des squats de Barcelone, la survie devient vite sa principale préoccupation.
L’auteur raconte la jeunesse à l’heure des Printemps arabes et des révoltes indignées.
Il dépeint un avenir improbable pour les jeunesses du Sud, il est sans concession vis-à-vis des jeunes du Nord qui ne dépassent pas le stade de la simple curiosité pour cet autre qui nous ressemble mais que les lois internationales transforment en un citoyen de deuxième zone.

Proposition enthousiasmante à découvrir durant six jours : 26 et 27 mai (10h et 19h), 28 mai (10h), 3,4, et 5 juin (20h). Lien vers le dossier de presse.